Le développement immobilier : proposer une offre nouvelle de logements intermédiaires

Propriétaire de 32 000 logements dont près de 31 000 en Île-de-France, l’OGIF a pour ambition d’accroître son parc locatif pour répondre aux besoins en logement des Franciliens.

 

Pour développer son parc immobilier malgré une situation foncière défavorable (prix élevé du foncier, coûts de la construction en hausse, fiscalité désavantageuse, exigences normatives toujours plus nombreuses, etc.), l’OGIF actionne aujourd’hui différents leviers.

 

Les expertises classiques de l’OGIF pour développer le parc immobilier

  • La recherche foncière et la réalisation de constructions par une équipe de la maîtrise d’ouvrage de l’OGIF
  • L’achat en VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement) auprès de promoteurs immobiliers
  • L’acquisition – amélioration d’immeubles ou de logements

 

Les nouvelles pistes pour accroître l’offre de logements intermédiaires

  • Le démembrement : l’OGIF acquiert l’usufruit locatif temporaire (de 15 à 18 ans)
  • Le bail emphytéotique : l’OGIF bénéficie d’un bail de longue durée (entre 18 et 99 ans) qui lui confère un droit réel immobilier, analogue à celui d’un propriétaire, tel que construire, rénover et louer
  • La transformation de bureaux en logements
  • La densification
  • La surélévation

Les nouvelles solutions pour développer l’immobilier avec Franck Darse, directeur de la maîtrise d’ouvrage à l’OGIF

L'interview en quelques mots
Pourquoi il manque tant de logements intermédiaires en Île-de-France ?

Tout d’abord, nous sommes freinés depuis plusieurs années par une pénurie foncière. De plus, nous sommes en compétition avec le secteur marchand, c’est-à-dire avec les promoteurs immobiliers privés. Ils proposent des offres foncières plus importantes que les nôtres. Enfin, l’effort national porte sur le logement social.

Pour produire plus de logements intermédiaires, il faut d’abord convaincre les collectivités locales que si le logement intermédiaire fait défaut, il constitue un frein économique. Deuxièmement, il faut accepter de sortir des sentiers battus de la maîtrise d’ouvrage classique : achat de terrain – construction - gestion, accepter l’acquisition d’opérations immobilières que l’on achète en état futur d’achèvement. De nouveaux types de montage tels que le bail à construction, le démembrement sont intéressants. D'autres modes de production peuvent être envisagés comme : transformer les bureaux en logements, densifier à l’intérieur de nos patrimoines, dans le respect de nos résidents, créer quelques opérations supplémentaires dans notre patrimoine existant. Enfin, il faut accepter de réaliser de petites opérations (15 ou 20 logements) ainsi on échappe à la concurrence des promoteurs privés. "Ces opérations à taille humaine sont très agréables à vivre" , conclut Franck Darse.
Les équipes de développement travaillent en concertation étroite avec les élus pour répondre aux problématiques locales et aux attentes des habitants. Pour tout projet foncier ou immobilier vous pouvez contacter Eric Lascrompes, directeur de développement.
: eric.lascrompes@ogif.fr
: 01.40.89.78.23

Le financement de ces nouveaux logements

L’offre nouvelle est aujourd’hui majoritairement financée en PLS (Prêt Locatif Social). Elle répond à Loi n° 2013-61 du 18 janvier 2013 relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social. Cette loi renforce l’article 55 de la loi SRU n°2000-1208 du 13 décembre 2000 et fixe désormais un taux de 25 % (au lieu de 20 %) de logements locatifs sociaux dans les territoires tendus et une multiplication par 5 du prélèvement pour les communes qui ne respecteraient pas cette disposition. L'offre de l'OGIF se compose également de logements Prêts locatifs intermédiaires (PLI) et de Logements locatifs intermédiaires (LLI).  
 

Pour en savoir plus 

(avantages fiscaux, plafonds de loyers et de ressources)

Le PLS      Le PLI


Chiffre clé

Avec les nouvelles opportunités du LLI, l'OGIF s'oriente vers un objectif de développement de 1000 logements par an.